La Silver economie pour mieux vieillir

la silver economie pour améliorer la vie des seniors

Depuis plusieurs années, on observe un vieillissement de la population française, renversant ainsi la traditionnelle répartition entre actifs et retraités. Une adaptation des modèles sociaux et économiques s’avère désormais inévitable. Dans ce contexte, le terme de « Silver economie » est apparu en 2013. La Silver economie » englobe une économie et des politiques publiques dédiées aux seniors – l’actuel défi du gouvernement et des entreprises.

Le développement démographique : la place des séniors dans la société

A l’heure actuelle, les seniors de 50 ans et plus représentent un tiers de la population française, soit environ 20 millions de citoyens. L’espérance de vie s’allonge en effet de plus en plus, la médecine moderne et les nouvelles technologies des pays dits « développés » comme la France favorisant la longévité.

Les stéréotypes ne sont pourtant pas si simples, différentes générations de séniors s’entrecroisent : les parents, octogénaires, et leurs enfants, sexagénaires (60-70 ans), forment désormais la « tranche » des séniors, avec parfois même les grands-parents, centenaires – la « pyramide des âges » n’est plus ce qu’elle était, et la fameuse catégorie du « 3ème âge » n’a plus de sens.

Relever le challenge devient peu à peu presque une mission impossible, tant la diversité des problèmes et des solutions adéquates se complexifie : selon l’âge, le milieu social et le vécu du sénior, les besoins en matière de santé et de divertissements ne sont pas les mêmes pour tous.
Les séniors sont ainsi devenus une « cible marketing », des nouveaux produits et offres leurs sont spécialement destinés. Par exemple, les seniors sont devenues les consommateurs les plus friands de multimédia et de voyages, dépensant aussi plus d’argent dans l’achat de meubles et de voitures. Cependant, l’exception confirmant toujours la règle, certains séniors n’ont pas la chance de pouvoir profiter de leur retraite et vivent dans la pauvreté, souvent isolés du reste de la société.

C’est pourquoi un phénomène est apparu il y a quelques années, et qui ne cesse de se développer depuis, celui du « travail des retraités ». De plus en plus de séniors reprennent le travail, souvent à temps partiel, même s’ils ne sont plus considérés comme des « actifs » au sens propre du terme. En effet, le temps de travail général (nombre de trimestre à cotiser pour avoir droit à la retraite) s’allonge de générations en générations.
La tranche des séniors a donc évolué avec son temps, modifiant par la même occasion les enjeux de la société et les politiques actuelles, qu’il faut maintenant repenser, telles que celles relatives à l’assurance dépendance ou encore à la mutuelle sénior.

Les projets de la Silver economie, un tournant décisif pour la société

la silver economie s'engage pour les seniors en FrancePrendre la balle au vol, tel est le défi aujourd’hui que doit relever le gouvernement pour faire face à la réalité et les répercussions du changement démographique de la population.
Pour avoir une idée d’ordre de grandeur de l’évolution de la situation, l’INSEE a réalisé une étude de « projection de la population française à l’horizon 2050 ». Le résultat ? Un tiers de la population en France métropolitaine sera âgé de plus de 60 ans – l’hypothèse se base sur des indicateurs conjoncturels actuels, à savoir, un indice de fécondité à 1,9 enfants par femme, dont l’âge moyen de la première grossesse est à 30 ans, avec une diminution progressive du taux de mortalité. En 2050 la France comptera près de 70 millions d’habitants, dont 25 millions âgés de plus de 60 ans. Par ailleurs, l’INSEE constate aussi une réduction de l’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes. Mais l’allongement de la durée de vie, l’amélioration des conditions de vie, et par conséquent le vieillissement de la population, entrainent une augmentation des coûts pour l’Etat.

Malheureusement c’est un fait : plus les personnes âgées vieillissent, et plus elles coûtent chers, et particulièrement pour la Sécurité sociale – les frais augmentent parallèlement à l’augmentation des besoins en santé. Sans oublier le déficit de la Caisse des retraites qui se creuse continuellement, incapable de couvrir financièrement les pensions des retraités, de plus en plus nombreux.

L’urgence pour le gouvernement concerne bel et bien le problème du financement des retraites. Actuellement, le système est fondé sur le principe d’une répartition solidaire entre générations, c’est-à-dire que les actifs d’aujourd’hui payent les retraites des retraités d’aujourd’hui. On comptait environ trois actifs pour financer la pension d’un retraité dans les années 1970. Actuellement, près d’1,5 actifs payent pour un retraité, et la tendance devrait rester à la baisse pour les prochaines années.

Dans ce contexte, le gouvernement veut réagir rapidement. C’est pourquoi un projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement de la population a été présenté par Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales, et Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la Famille et Autonomie, le 3 juin 2014 en conseil des ministres. La réforme législative comprend essentiellement des dispositions pour encourager les communes et les départements à prendre des mesures adéquates, telles que mettre en place les programmes locaux d’habitat (PLH) ou encore les plans de déplacement urbain (PDU) spécialement dans les régions fortement denses en personnes âgées de plus de 60 ans. On parle dans ce cas de « silver régions ».

Toutefois, la Silver economie contenue au projet de loi met l’accent sur les conséquences bénéfiques du vieillissement de la population. Ainsi, la situation représente une opportunité pour la croissance économique, dont notamment grâce à la création d’emplois dans ce secteur valorisé en pleine explosion. Ainsi, la « Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie » (CASA), une aide financière, sera distribuée pour récompenser les meilleurs dispositifs d’accès aux aides techniques et actions de prévention mis en place par les collectivités et les entreprises participantes au processus.
Des entreprises ont en effet déjà commencé à s’intéresser à cette part de marché, la prochaine « poule aux œufs d’or », et proposent des services et produits aux séniors dans le but d’améliorer leur conditions et qualité de vie. Soutenues par l’Etat, le secteur privé du « social business » adapte donc les solutions à l’évolution des besoins de la société et créé de nouvelles activités économiques. Toutes les innovations apportant un bien-être aux seniors sont donc les bienvenues. Dans le prolongement du projet de loi de 2014, la « loi vieillissement » est actuellement en discussion au Parlement.

La Silver economie pour mieux vieillir
5 (100%) 2 votes